›ENGLISH
Le Japon en images
La région du kinki
La région du kanto
La région de chugoku
La région de chubu
La région de tohoku
L'île de Kyushu

Dossiers
Les matsuri
Les saisons
La nourriture
Culture & Traditions

Le site   
Forum, Livre d'or, Liens
A propos, Plan du site




Le forum de Nihon Wa La galerie deviantart de Nihon Wa Site dédié à mes voyages Le blog de Nihon Wa

asie

Le wankosoba, une spécialité de Morioka

Voici l’une des spécialités les plus insolites de la ville de Morioka (Iwate pref., région du Tohoku). J’ai passé 3 jours dans cette petite ville à l’occasion d’un congrès, j’y étais donc accompagnée par mes collègues de travail ainsi que mon chef.

L’histoire du wanko-soba

Voici la traduction du petit livret qu'on m'a remis au restaurant (traduction à partir du livret en anglais, qui fut certainement traduit à partir du Japon donc...).

1. Les pâtes de Nanbu (le district de Morioka)
Le climat de cette région était si mauvais et si différent de celui du sud-ouest du Japon, que les fermiers ne parvenaient pas à faire cultiver du bon grain. Ils ne pouvaient pas manger directement ces céréales, ils s’en servaient sous pour nourrir les animaux ou les transformaient en pâtes. Dans ces conditions de vie extrême, les ancêtres de habitant du Nambu essayèrent de trouver une façon de cuisiner des plats délicieux à partir de pâtes de mauvaise qualité.
A cause de la pauvreté, ils continuèrent à transmettre comment faire une bonne soupe, comment battre correctement les nouilles, et comment faire de bons plats. Ainsi, les SOBA sont devenues des nouilles de grain incontournables. Les nouilles n’ont pas besoin d’être toujours longues et fines. On peut ainsi faire beaucoup de plats sont fait à partir de soba, comme les rouler ou les malaxer en forme boule, et même de triangle puis les recouvrir de miso.

2. En servir encore et encore...
A cause de la pauvreté du sol, il était difficile d’augmenter les récoltes de grains, il avait donc une grande valeur et était conservé avec soin.
Les SOBA étaient devenues une attraction lors des repas, les habitants de Nanbu servaient à leur invité beaucoup de nourriture et préférentiellement des SOBA. Les hôtes répétaient toujours « mangez, mangez en encore »… mais même lorsque l’invité enfin disait « je suis repus, je ne peux plus en manger », l’hôte continuait à en lui servir plus. Si la personne n’acceptait pas d’être de nouveau servi l’hôte était vexé pensant que c’était parce que les soba n’étaient pas bonnes.
C’est une tradition japonaise de servir à leurs invités plus qu’à l’habituel, et ceci reste une coutume de resservir plus de riz, de mochi (gâteau de riz) ou de soba.

3. Wanko ! le meilleur soba
Kei Hara, ancien premier ministre du Japon, fut très heureux de revenir dans sa ville natale de Morioka et quand on lui a servi des soba dans une coupe de bois. Il a alors dit « les sboa DOIVENT être servis dans des wanko ». ‘Wan’ signifie coupe, et ‘ko’ est un dialecte Nanbu. On rajoute ‘ko’ à la fin d’un mot pour rendre sa sonorité est plus jolie. Par exemple une vache est appelée ‘begokko’ (Bego signifie vache de Morioka).
Autrefois, il n’y avait pas de bons fours pour faire des poteries, il était donc plus facile de faire des coupes ou des bols en bois ou des objets en fer.
Les bols de bois s’appellent des hidehira-nuri ou johooji-nuri car ils sont décorés avec des dessins dorés. Il existe au Japon beaucoup d’urushi (laque japonaise) et elle est utilisée pour peindre ou laquer ces bols ou ces coupes.
Il est plus facile de tenir une coupe en bois contenant des soba chauds dans une main tout en mangeant avec les hashi (les baguettes) à l’aide de l’autre main.

4. WANKO-SOBA... une spécialité de Morioka
Le ‘Wanko-soba’ est servi dans un hidehira-wan, contenant seulement une bouchée de soba en utilisant le meilleur type de soba. Il y a plusieurs plats d’accompagnement comme les sashimi de thon, du poulet, des champignons avec du radis rapé.
C’est après la fin de la guerre que le wanko soba devient connu dans tout le Japon et ici à Morioka, le ‘Wanko-Ya’ qui est près du pont de Yonoji a commencé à devenir un commerce fructueux.
Cette coutume liée aux gens accueillant continue. L’hôte va continuer à mettre une autre bouchée de soba dans votre coupe jusqu’à ce que vous mettez le couvercle sur votre coupe ce qui signifie ‘MAITTA’ (c’est assez). Le wanko-soba devient de plus en plus populaire parmi les visiteurs de Morioka.




Comment manger des wanko-soba ?

(comment manger des 100taines de coupes !)

Entrons maintenant dans le vif du sujet avec quelques aspects techniques :

Vous devez porter un tablier spécial et vous asseoir sur un tatami en face d’une table basse.
1. Les plats d’accompagnement vont tout d’abord être servis et le jeu va commencer
2. Vous devez manger continuellement, une bouchée de soba à la fois
3. Jeter la soupe dans le bol placé devant vous, vous ne pourrez pas manger beaucoup si vous buvez la soupe aussi
4. Vous pouvez manger les plats d’accompagnement, mais n’en mangez pas trop, sinon vous ne pourrez pas manger beaucoup de soba
5. Ils n’arrêteront pas de vous servir même si vous dîtes « MAITTA » (c’est suffisant) VOUS DEVEZ placer le couvercle sur votre coupe quand vous voulez arrêter
* Vous ne pouvez pas mettre le couvercle s’il reste encore des soba dans votre coupe.
6. La soupe de soba ou le thé seront servi, et le jeu sera terminé…
Alors combien de coupes avez-vous mangez ? 25, 50, 100 ??? Plus ?

Et finissons avec le petit dessin que vous pouvez admirez avant de commencer le "JEU"




Comment en suis-je arrivée là...

Je replante le décor : l'avant-dernier jour à Morioka alors que nous avions déjà expérimenté 2 sur 4 de ses plats typiques (les ramens, et le jajamei), 2 de mes collègues nous ont raconté à mon chef et à moi qu'ils avaient tenté la veille le fameux wanko-soba... La description me paru plus que pittoresque, et c'est là que j'ai sorti avec le sourire :
"Oh je veux essayer aussi !!!"
Quelle ne fut pas la surprise de tout le monde, vu qu'en général je ne finis jamais mes plats au resto Mais mon chef m'a pris au mot, c'est ainsi que le rendez-vous fut pris pour le lendemain midi, pour l'une des plus mes plus étranges expériences culinaires au Japon ^^

Nous nous sommes donc rendu dans le restaurant qui fut le 1er à proposer du wanko-soba si je ne me trompe, et avons pris place à une table après avoir un peu attendu. J'avoue que durant l'attente c'était étrange, nous étions quelque peu stressés par l'aventure qui nous attendait. Tous les clients qui sortaient, étaient dévisagés par les gens qui attendaient question de voir si ils n'avaient pas été trop dégoûtés par leur repas... Nous avions donc eu la veille une description plutôt haute en couleur en fait, de toute évidence au bout d'un temps il devient dur d'enfourner les bouchées aussi petites soient-elle

Voici la devanture du resto, et un aperçu de ce qu'est le wanko-soba, ici il n'y a que 14 bols, c'est à peine l'équivalent d'un bol normal de soba...




Top départ !

Après avoir revêtis les tabliers de rigueur, je crois qu'on s'est regardé un bon moment dans le blanc des yeux avec mon chef.... Puis nous avons détaillé du regard la table et les plats d'accompagnement pendant que la serveuse qui allait devenir notre tortionnaire nous expliquait comment faire pour manger correctement le wankosoba. Le principe vous l'avez compris est double en fait, d'un côté il faut tenter d'en manger le plus possible et de l'autre quand on en peut plus il faut réussir à recouvrir sa coupe avant que la serveuse qui est aux aguets vous reremplissent votre coupe

Je dois admettre qu'avant de commencer j'ai mis le couvercle de façon à pouvoir le chopper rapidement et j'ai bien tout repéré sur la table. Après un regard complice nous avons alors décidé qu'il était temps de commencer !

Notre 1ère coupe était déjà remplie depuis longtemps, mais le jeu veut que l'on nous resserve que lorsqu'on l'a terminée.... Première constatation, euh... j'arrivais pas à chopper les soba avec mes baguettes Pourtant j'ai de l'entraînement, mais là elles étaient en boule, coupées, pas longues et elles baignées dans la soupe, total elles glissaient J'étais mdr... Mon chef lui n'avait que peu de problème, le truc c'est que je n'aspire pas moi, donc c'est plus dur. Pendant que je me battais avec mes 3 soba, réalisant que peut-être ce ne serait pas mon estomac à souffrir le plus de cette expérience mais les muscles de mes mains... mon chef semblait avoir pris une allure de croisière.
A chaque fois que vous finissiez votre coupe, la petite madame très sympathique, vous resservez avec le sourire en disant "Hai, dozo !" ("oui, allez-y") ceci comme si c'était une réponse à notre demande, sauf qu'on avait rien demandé nous
Déjà une bonne nouvelle, le wanko-soba c'est bon, enfin.... Au début en fait vous commencez à manger les "bouchées" les unes à la suite des autres, puis vient un moment ou le ventre encore à peine rempli, vous commencez à vous intéressez aux plats d'accompagnement. Tiens celle-là je vais la prendre avec du poulet, celui-ci avec le machin blanc gluant, mon chef a dit que je devais essayer (mouais pas terrible, mais bon ça lui a fait plaisir ^^), un petit peu d'oignons coupés, pour mettre de la couleur...

"Hai dozo !" oh elle est gentille la madame.... slurp... "hai dozo !" slurp.... "hai dozo" slurp.... "hai dozo" slurp.... "hai dozo" [...]

Puis le temps avançant je vis mon chef ralentir la cadence.... Bon il en mangeait 2 ou 3 pendant que mon je mangeais un bol aussi Ensuite vous commencez à poser des questions genre :
"euh… la pile là de bol que j'ai mangé, ça fait combien ?
- c'est quoi le score normal de bols mangés par les hommes ? et par les femmes ?"
Enfin vous voyez le truc....
Après les réponses : en moyenne 70 à 80 pour les hommes et 30 à 40 pour les femmes notre cerveau pas encore complètement assailli de message du genre "STOP l'estomac est plein !" était en train d'évaluer le pourcentage de chance de pouvoir au moins atteindre la limite inférieure des chiffres annoncés....
A ce moment j'en été à 25, 25 c'est 1 bol 2/3 de soba entier (normalement j'ai du mal à en finir 1, alors)... Mais je me sentais forte, à ce moment là.... Mon chef par contre lui semblait avoir du mal. A ce moment je décida d'aller jusqu'au 30, je le déclara à haute voix du reste. Arrivée au 30, tout compte fait, il me semblait avoir un peu de place encore, lancée je dépassa les 30 pour arriver jusqu'à 33, puis 34. Mais j'avoue qu'à ce stade je ne reconnaissais plus vraiment le goût des soba. La description de mon collègue se révélait exacte, au début c'est bon et au final ben plus vraiment.... Mon chef lui était bien plus mal que moi, il devait en être à 60, il a commençait à vouloir mettre son couvercle, mais la madame lui a dit que quand même il fallait qu'il tente 65.... Total il mangea sa part de sashimi de thon.

Alors que j'entamais mon 35ème bol je me lançai le défi stupide, d'aller jusqu'à 40, ben oui hein 5 bols c'est rien. Oui seulement au début c'est rien, après une trentaine de bol, ça devient beaucoup.....

slurp.... 36 ... "hai dozo" slurp.... 37 ... "hai dozo"

OH ils ont l'air bon les sashimi, j'adore le maguro moi, ils sont bons les sashimi ? Confirmation de mon chef, bon si je mangeais des sashimi tiens... Comme quoi au bout d'un temps on en a tellement marre de manger tout le temps le même truc que même si on est plein à craquer on mangerait n'importe quoi d'autre question de changer de goût

Mon chef avait autant de mal que moi à rejoindre le chiffre rond, du coup on a fait une petite séance photo et puis on a regardé la table d'à côté ou les hommes avaient mangé plus de 80 bols, la fille 50

Je ne vais pas garder le suspens plus longtemps, mon chef réussi à manger son 65ème bol et sauta sur son couvercle ! Et je me suis prouvée à moi-même que même pour des trucs aussi stupides que manger du wanko-soba j'étais une vraie tête de mule, je suis arrivée à 40 Voici une petite vue de nos bols, c'était à la fin du repas au 1er plan les miens et ce qui fait ma fierté mon certificat attestant que j'ai bouffé 40 bols de wanko-soba :




J'avoue que c'est probablement un des repas dont je souviendrai le plus. C'était un véritable jeu, super agréable en plus avec mon chef ^^ Ensuite nous sommes repartis à pied vers la salle de séminaire... Mon chef était relativement mal, je vous jure il avait du mal à marcher. Moi ça allait, enfin à ce moment là, plus tard assise j'avais l'impression d'avoir comme l'estomac gonflé. On est rentré doucement, en passant au dessus du pont qui on a vu 2 gros saumons qui remontaient la rivière, Morioka est connu pour celà aussi...
Puis on a rejoint nos collègues qui nous ont tout de suite demandé nos records ^^ Le mien a pas mal étonné, mais bon mon chef était bien en dessus des records de mes collègues, l'un avait fait 80, et l'autre 120 !!!!!






2 visiteurs connectés Nihon Wa par Lou © - 2005~2011 -
  visiteurs depuis le 20/06/2005